bordeaux-metropole-energies-renovation-lexique

Le Lexique

Cliquez sur les lettres ci-dessous pour découvrir les définitions du jargon de la rénovation énergétique

ADIL
ADEME
ANAH
AMO
Assurance dommage ouvrage
Audit énergétique
BBC
BEPOS
Biomasse
Bouquet énergétique
CAUE
CEE ou C2E
Chaudière à condensation
Chauffage
CITE
CO2
Contractant général
CUMAC
Développement durable
DPE
Eco Artisan®
Eco PTZ
Economies d’énergie
Effet de serre
Efficacité énergétique
Energie de flux
Energie finale
Energie fossile
Energie primaire
Energies renouvelables
EIE
Étiquette énergie
Garantie décennale
Garantie de parfait achèvement des travaux
GES
Habiter mieux
HQE
Isolation thermique
Kilowattheure (kWh)
Maître d’œuvre
Maître d’ouvrage
Maîtrise d’énergie ou efficacité énergétique
Optimisation énergétique
Panneau solaire
PCE
PDL
Performance énergétique
Pont thermique
Responsabilité civile professionnelle
RGE
Tiers financement
Transition énergétique
Watt

Créées à l’initiative du département et de l’État, les ADIL, associations loi 1901, sont agréées dans le cadre de l’article L.366-1 du CCH (Code la Construction et de l’Habitation), qui définit leurs missions, notamment celles d’information et de conseil auprès du public.
Elles ont « pour mission d’informer gratuitement les usagers sur leurs droits et obligations, sur les solutions de logement qui leur sont adaptées, notamment sur les conditions d’accès au parc locatif et sur les aspects juridiques et financiers de leur projet d’accession à la propriété, ceci à l’exclusion de tout acte administratif, contentieux ou commercial » (extrait de l’article L.366-1 du CCH).
Elles assurent un rôle de prévention, notamment en direction des publics fragilisés, en sécurisant le cadre décisionnel des ménages, en particulier sur le plan juridique et financier.
Les conseils apportés par les ADIL reposent sur les compétences de juristes formés sur l’ensemble des thématiques liées au logement.

L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie est un établissement public à caractère industriel et commercial créé en 1978. L’ADEME est placée sous la tutelle conjointe des Ministères en charge de l’écologie et du développement durable, de l’industrie et de la recherche.
Acteur majeur du développement durable en France, l’ADEME a pour missions de diffuser l’information et de réaliser des opérations ayant pour objet la protection de l’environnement et la maîtrise de l’énergie.

L’Agence Nationale de l’Habitat est un organisme public distribuant, sous conditions de revenus, des aides financières aux propriétaires, bailleurs ou locataires réalisant des travaux de réhabilitation dans leur logement.

Assistance à maîtrise d’ouvrage
L’assistant à maîtrise d’ouvrage (souvent désigné par « AMO ») a pour mission d’aider le maître d’ouvrage à définir et piloter le projet. L’assistant a un rôle de conseil et/ou d’assistance, et de proposition, le décideur restant le maître d’ouvrage.
Il facilite la coordination de projet.
Dans le cadre des aides de l’ANAH, l’assistant à maîtrise d’ouvrage, appelé aussi « opérateur habitat », a pour mission d’informer le ménage sur l’ensemble des aides proposées et de lui apporter un conseil technique neutre (visite et état des lieux techniques du logement) : constituer son dossier, définir et suivre les travaux réalisés, obtenir des devis, mener le montage administratif de tous les dossiers de subvention dans une logique de guichet unique, ainsi que le montage financier du projet. Cette mission d’assistance à maitrise d’ouvrage est subventionnée par l’Anah et certaines collectivités.

Elle est obligatoire en projet neuf même si le défaut de souscription n’est pas sanctionné pénalement. Elle a pour objet de couvrir uniquement les problèmes qui rendent l’ouvrage instable ou impropre à sa destination. Elle prend effet dès l’expiration de la garantie de parfait achèvement, 1 an après réception des travaux. Elle peut garantir les désordres de nature décennale survenus avant travaux. Elle offre surtout l’avantage de vous couvrir avant qu’un responsable soit désigné responsable et puisse avoir recours à son assurance décennale

Exercice consistant à faire un bilan détaillé des consommations d’énergie d’un site, et débouchant sur un plan d’actions pour faire des économies d’énergie.

Bâtiment Basse Consommation
Le label BBC est un niveau de performance énergétique des bâtiments. Créé pour la RT 2005, il préconise une consommation d’énergie réduite pour le chauffage, le rafraîchissement, l’eau chaude sanitaire et l’éclairage. Depuis le 1er janvier 2013, la réglementation thermique en vigueur, la RT 2012, impose aux bâtiments neufs cette performance BBC. Le bâtiment basse consommation est donc aujourd’hui le standard obligatoire.

Pour qu’un bâtiment puisse être éligible au label BBC, il doit répondre aux critères suivants :
La consommation énergétique doit être réduite à 50 kWhep/m² SHON /an pour une construction neuve, modulable selon la région et l’altitude. Cette limitation s’applique à la consommation d’énergie primaire, et porte sur les cinq postes de consommations réglementaires : le chauffage, l’eau chaude sanitaire, les auxiliaires de chauffage et de ventilation, le refroidissement et l’éclairage.
Limitation des fuites d’air à 0,6 m3/(h.m²) pour les maisons et 1 m3/(h.m²) pour les immeubles.

Bâtiment à énergie positive, qui produit plus d’énergie qu’il n’en consomme.
Né du Grenelle de l’Environnement, il intègre nécessairement une production d’énergie, notamment le solaire photovoltaïque. Il bénéficie d’une isolation thermique renforcée.

On appelle biomasse l’ensemble des matières organiques d’origine végétale ou animale : bois, fourrage, déjections animales, déchets agricoles… C’est la matière qui compose les êtres vivants et leurs résidus, et qui a pour particularité d’être toujours composée de carbone.

La combustion de la biomasse est source d’énergie : elle permet de produire de la chaleur (chaudière à bois par exemple) et de l’électricité. La biomasse peut également être utilisée pour les transports avec les biocarburants (produits essentiellement à partir de céréales, de sucre, d’oléagineux et d’huiles usagées)

Le bouquet énergétique désigne la répartition, généralement exprimée en pourcentages, des énergies primaires dans la consommation d’un pays, d’une collectivité, d’une industrie.

Mis en place par le Conseil Général de la Gironde en 1979, le CAUE de la Gironde a pour vocation la promotion de la qualité de l’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement (loi du 3 janvier 1977). Investi d’une mission de service public, le CAUE accompagne gratuitement les particuliers et les collectivités.

Certificat d’économies d’énergie
Dans le cadre de la politique globale de maîtrise de la demande énergétique, le ministère de la transition écologique et solidaire a mis en place un système incitatif, basé sur l’attribution de certificats d’économie d’énergie, pour inciter les vendeurs d’énergie à promouvoir l’efficacité énergétique. Les vendeurs d’énergie concernés sont les fournisseurs d’électricité et de gaz mais également les fournisseurs de carburant.
Par le biais des CEE, l’Etat fixe des objectifs d’économies d’énergie quantifiés aux fournisseurs d’énergie pour 3 ans. Les certificats d’économies d’énergie sont achetés par les fournisseurs, appelés obligés, auprès de leurs clients qui réalisent des travaux énergétiques. La détention d’un certain nombre de CEE permettra aux fournisseurs de respecter leurs obligations.
Les fournisseurs doivent donc inciter leurs clients (ménages, professionnels ou collectivités territoriales) à diminuer leur consommation énergétique. Cela passe par de la sensibilisation, des aides financières ou le rachat de CEE revendus sur le marché.
Toute personne physique ou morale qui réalisera des économies d’énergie se verra délivrer un certain nombre de certificats en fonction des kWh économisés et pourra les revendre à ces fournisseurs. Le calcul de l’économie d’énergie réalisée grâce aux travaux s’effectuera sur une base de kWh cumac (cumulé et actualisé sur la durée de vie du produit). Le calcul est ensuite simple puisque 1 kWh cumac d’énergie finale vaudra 1 CEE. En d’autres termes, les CEE permettent de se faire financer ou subventionner des travaux d’économie d’énergie dont les bénéfices vont aider les fournisseurs d’énergie à atteindre leurs objectifs.

Génération de chaudières plus efficaces, qui récupèrent la chaleur contenue dans les gaz d’échappement pour la valoriser dans le bâtiment.
Matériel éligible aux certificats d’économies d’énergie (CEE).

Action d’augmenter artificiellement la température d’un objet, d’un matériau ou de l’air ambiant. La chaleur peut provenir de l’électricité, du gaz naturel ou du propane, de la géothermie, d’une pompe à chaleur Air/Air, de la biomasse… On distingue le chauffage de confort (chauffer son habitation, avoir de l’eau chaude) du chauffage industriel. Le chauffage constitue avec les transports et l’air conditionné (le contraire du chauffage) l’un des principales causes de production de l’énergie.

Crédit d’impôt pour la transition énergétique

Le dioxyde de carbone (aussi appelé « gaz carbonique ») est un composé chimique composé d’un atome de carbone et de deux atomes d’oxygène (le nom de sa formule chimique est CO2). Ce gaz est produit lorsque des composés carbonés sont brûlés, contribuant ainsi à l’effet de serre. Depuis 1750, la concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère a augmenté de 30 %, sachant que 90 % du CO2 mondial émis provient de la combustion des énergies fossiles on se rend compte de l’enjeu écologique que représentent les activités humaines. (source Ademe)
A l’état naturel il peut provenir des éruptions volcaniques ou encore de la décomposition de la matière organique. Cette molécule fait partie des déchets produits par les êtres vivants puisqu’elle est éliminée lors de la respiration. L’air expiré contient environ 4% de CO2.

Le contractant général propose à son client une offre clé en main qui décrit ses prestations et l’engage sur le coût et la date de livraison des travaux. Ce mode de contractualisation peut offrir un avantage tarifaire qui s’explique par les liens commerciaux entre les entreprises et le contractant qui est un « apporteur d’affaires » aux entreprises avec qui il contracte. Le contractant général peut être une entreprise générale, un maître d‘œuvre, ou un architecte.
Dans le cas du neuf, on parle de constructeur en maison individuelle. Il peut intervenir dès le début du projet ou parfois après la conception réalisée par un architecte. Il propose le plus souvent des modèles standardisés (la personnalisation du projet est souvent possible mais il reste à savoir à quel prix). Le contrat de construction de maison neuve permet d’encadrer avec précision les diverses garanties constructeurs.
Celui-ci doit notamment offrir à son client, le maître d’ouvrage, une panoplie de garanties, dont entre autres la garantie de parfait achèvement, la garantie de livraison…

Les actions d’économies d’énergie sont comptabilisées en « kWh cumac », « cumac » étant la contraction de « cumulé et actualisé ». Le cumac représente ainsi l’unité de mesure de l’économie d’énergie primaire générée par l’installation d’un équipement. Cette économie d’énergie est cumulée et actualisée à 4% par an sur la durée de vie du produit.

En 1987 le Premier Ministre norvégien, Mme Gro Harlem Brundtland, en donnait la définition suivante (lors de la Commission mondiale sur l’environnement et le développement) : « Un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ». On parle aussi de « développement soutenable ». Cela consiste donc à développer des activités en tenant compte de leurs conséquences à court, moyen et long terme sur l’environnement et éthiques.

Le diagnostic de performance énergétique (DPE) est un document qui présente la quantité d’énergie consommée ou estimée pour une utilisation standard du logement ou du bâtiment et une classification en fonction de valeurs de référence. Il est obligatoire en cas de vente ou de location mais n’a qu’une valeur informative.
Il permet aux acquéreurs ou locataires d’évaluer les consommations prévisionnelles d’énergie des logements et incite à la réalisation de travaux d’économie d’énergie grâce à des recommandations de travaux.

Les ECO Artisans® sont avant tout des entreprises artisanales : des peintres, des carreleurs, des maçons, des menuisiers, des plombiers, des électriciens, des plâtriers, présents dans tous les corps de métier.

Ils font la différence en s’engageant concrètement pour le confort et l’amélioration de la performance énergétique des logements. Ils proposent des solutions pertinentes en termes d’économie d’énergie.

Prêt écologique à taux zéro permettant de financer les travaux d’économies d’énergie des résidences principales. Le prêt, d’un montant maximal de 30 000 euros, est accordé sans condition de ressources, mais à condition de faire appel à un prestataire labellisé RGE.

Ensemble des actions entreprises pour réduire les consommations d’énergie ou consommer l’énergie de façon optimale, en évitant les pertes. Elles font partie des comportements de sobriété énergétique et d’efficacité énergétique.

Phénomène physique désignant le fait de piéger une partie du rayonnement solaire sous une couche de gaz à effet de serre, émis excessivement dans l’atmosphère, avec pour effet d’augmenter la température, comme dans une serre.

L’efficacité énergétique vise à réduire les dépenses en énergie tout en maintenant une qualité de service identique pour l’usager. En rationalisant la consommation d’énergie, l’objectif est de limiter les conséquences de la production d’énergie : coût économique et impact écologique. Si de nouvelles technologies favorisent l’efficacité énergétique, celle-ci se réfère essentiellement à nos habitudes de vie et aux petits gestes du quotidien pour éviter les gaspillages d’énergie.

Fournies par le soleil, le vent, la chaleur de la terre, les chutes d’eau, les marées ou encore la croissance des végétaux, les énergies de flux ou énergies renouvelables n’engendrent pas ou peu de déchets ou d’émissions polluantes. Elles participent à la lutte contre l’effet de serre et les rejets de CO2 dans l’atmosphère, facilitent la gestion raisonnée des ressources locales, génèrent des emplois. Le solaire (solaire photovoltaïque, solaire thermique), l’hydroélectricité, l’éolien, la biomasse, la géothermie sont des énergies de flux inépuisables par rapport aux « énergies stock » tirées des gisements de combustibles fossiles en voie de raréfaction : pétrole, charbon, lignite, gaz naturel

Energie utilisable directement pour un usage (par exemple, se chauffer ou se transporter) à partir d’énergie primaire.

L’énergie fossile correspond à une énergie en quantité limitée. Elle s’épuise donc au fur et à mesure de son exploitation, contrairement aux énergies renouvelables. Elle est issue de la décomposition sédimentaire des matières organiques, c’est à dire principalement composés de carbone. Elle correspond au pétrole, au gaz naturel et au charbon.

Energie brute, non transformée, ayant pour source le rayonnement solaire, les déplacements de l’air ou de l’eau, le pétrole, le charbon, le gaz naturel, l’uranium…

Les énergies renouvelables sont des énergies dont les ressources se renouvellent assez rapidement pour être considérées comme inépuisables à l’échelle humaine (l’eau, le soleil et le vent) ou inépuisables à condition que la consommation ne soit pas excessive (la géothermie et la biomasse). Les énergies renouvelables permettent de produire de l’électricité, du chauffage et même du carburant pour les transports (avec les biocarburants). Une énergie renouvelable n’est pas forcément propre et inversement. Par exemple, la combustion du bois est renouvelable mais est polluante (émission de pesticides, soufre, engrais, carbone).

L’Espace Info Energie fournit un premier conseil neutre, indépendant et gratuit utile avant de s’orienter vers une prestation payante. Financé par des fonds publics, il a une obligation d’indépendance de tout fournisseur d’énergie, des fabricants et entreprises. Sa mission est de l’ordre du conseil et il ne peut faire de maîtrise d’œuvre. Il peut recevoir en rendez-vous et, sur la base de photos, plans, factures d’énergie, il peut établir un diagnostic thermique sommaire (non réglementaire) donner une information sur les aides financières mobilisables, hiérarchiser des actions (isolation, changement de mode de chauffage, optimisation de la régulation, etc.). Dans certains cas, une visite sur le projet est envisageable.
Les CAUE effectuent la même mission sous l’angle de l’architecture et les ADIL sous l’angle des questions juridiques

Système de classement d’un bâtiment, d’un véhicule ou d’un appareil suivant sa propension à consommer de l’énergie.
Dans le bâtiment : classes A (très peu consommateur) à G (extrêmement consommateur)

Elle assure pendant 10 ans la garantie des dommages qui menacent la stabilité de l’ouvrage ou qui le rendent impropre à sa destination. Elle peut s’appliquer à certains travaux de réhabilitation comme les travaux d’étanchéité, de structure…

La personne tenue de la garantie est celle avec laquelle vous avez passé un marché ou un contrat.
Elle porte sur deux catégories de désordres :

  • les désordres apparents lors de la réception, à condition qu’ils aient fait l’objet de réserves mentionnées au procès-verbal de réception
  • les désordres révélés dans l’année de la réception, à condition qu’ils aient été signalés par le maître d’ouvrage par voie de notification écrite.

Les gaz à effet de serre (GES) sont des gaz présents dans l’atmosphère qui absorbent le rayonnement infrarouge émis par la surface de la terre. En effet, 50% des rayons du soleil atteignent la surface terrestre (les autres sont déviés ou absorbés par l’atmosphère). Ces derniers chauffent la terre qui émet alors un rayonnement infrarouge dont 95% est retenu par les gaz à effet de serre. Ce phénomène naturel permet à la Terre de ne pas se refroidir.
Le Groupe Intergouvernemental d’Experts sur l’Evolution du Climat (GIEC) a recensé plus d’une quarantaine de gaz à effet de serre parmi lesquels figurent : la vapeur d’eau (H2O), le Dioxyde de carbone (CO2), le Méthane (CH4), l’Ozone (O3).
Cependant l’accumulation de GES dans l’atmosphère depuis le début de l’ère industrielle serait responsable du réchauffement planétaire que l’on observe à l’heure actuelle.
En effet, le dioxyde de carbone représente près de 70% des émissions de gaz à effet de serre. Il est principalement issu de la combustion des énergies fossiles (pétrole, charbon) et de la biomasse. Afin de réduire cette production, des politiques de limitation d’émissions de certains gaz ont été mis en place par de nombreux pays, comme la France, avec par exemple le protocole de Kyoto.

Programme de rénovation énergétique de l’ANAH, éligible aux certificats d’économies d’énergie. Il s’agit d’une aide financière aux travaux de rénovation énergétique, accordée aux ménages modestes et très modestes.

Haute Qualité Environnementale
Démarche de qualité visant à limiter les impacts environnementaux au cours d’une construction ou d’une réhabilitation. Elle désigne un objectif qui consiste à s’approcher de 14 cibles écologiques.

Action pour empêcher le transfert de chaleur d’un milieu chaud à un milieu froid. Des matériaux sont généralement installés dans les structures des bâtiments (murs, toits et sols), autour des fenêtres et des portes car ils constituent des ponts thermiques. L’isolation des bâtiments est une des pistes d’économie d’énergie les plus importantes pour les années à venir, car elle permet de préserver les ressources énergétiques et de limiter les émissions de gaz à effet de serre.

Symbolisé par kWh, le kilowattheure est une unité de mesure de l’énergie (en général électrique) valant 3,6 mégajoules. Un kWh correspond à la consommation d’un appareil électrique de 1000 Watts pendant 1 heure. Concrètement, 1 kilowattheure permet par exemple d’allumer pendant 1 heure un radiateur électrique de moyenne puissance ou pendant 10 heures une ampoule de 100 watts. Le kilowattheure est utilisé pour calculer la consommation électrique des ménages et réaliser une facturation précise. (Source Cité des Sciences et de l’Industrie)

Le maître d’œuvre est la personne garante de la bonne réalisation du projet. Ce peut être :

  • le maître d’ouvrage directement s’il décide de s’occuper de l’ensemble du projet de sa conception à sa réalisation,
  • un architecte,
  • un prestataire généraliste,
  • un bureau d’étude thermique,
  • une entreprise générale qui pourra, selon les besoins, s’occuper des phases de conception (études préalables, programmation, conception technique et artistique, dépôt du permis de construire…) et assurer l’organisation et le suivi du chantier. Dans le cas des entreprises générales, il convient de vérifier qu’elles sont en mesure d’apporter les mêmes garanties techniques et de responsabilité qu’un architecte.

Le maître d’ouvrage est la personne pour laquelle l’ouvrage est rénové. C’est un « client » particulier, puisqu’il effectue une commande mais que certaines obligations lui reviennent de fait, comme par exemple:

  • le choix du maître d’œuvre, du constructeur, du courtier, etc.
  • le choix des entreprises
  • le respect de la réglementation thermique, des normes de sécurité, etc.

Premier maillon de la chaîne du projet de construction, il doit avoir conscience que la précision, la clarté, l’ambition de sa commande et la bonne adéquation avec son budget seront à l’origine de la qualité de l’ouvrage réalisé.

La maîtrise de l’énergie consiste à « maîtriser sa consommation d’énergie », en améliorant l’efficacité des consommateurs (par exemple réduire la consommation des voitures). Le but est d’en limiter les effets néfastes (gaspillage des ressources, effet de serre, etc.). Il existe de nombreux moyens de maîtriser la consommation d’énergie au niveau individuel et collectif : renforcement des isolations des habitats, utilisation des ampoules à basse consommation, développement des énergies renouvelables… etc.

Démarche consistant à repenser la façon de consommer de l’énergie sur un site, dans le but de réduire la consommation

Appareil utilisant la lumière du soleil pour produire de l’énergie électrique ou de la chaleur (énergie thermique) afin de réchauffer l’intérieur des bâtiments ou de l’eau. Les panneaux solaires sont considérés comme une des sources d’énergie les plus propres actuellement. Le soleil étant la principale source d’énergie sur terre, cette ressource est inépuisable (à l’échelle du temps du soleil).
Actuellement deux technologies sont utilisées :

  • les panneaux solaires thermiques (capteurs solaires thermiques) qui convertissent la lumière en chaleur transformée en eau chaude,
  • et les panneaux solaires photovoltaïques (modules photovoltaïques) qui convertissent directement la lumière en électricité.

Le PCE ou Point de Comptage et d’estimation est un numéro composé de 14 chiffres et identifiant de façon unique votre lieu de livraison de gaz. Pour le compteur d’électricité, on parle alors de PDL (Point de Livraison).
Votre n° de PCE est inscrit sur votre facture de gaz.

Le PDL ou Point de Livraison est un numéro composé de 14 chiffres qui identifie de façon unique votre lieu de livraison d’électricité. Pour le gaz, on parle de PCE.
Votre n° de PDL est inscrit sur votre facture d’électricité.

Notion qui qualifie la propension qu’a un bâtiment (ou une voiture, un appareil électroménager) à consommer de l’énergie.
Une bonne performance énergétique (RT 2012, BBC, BEPOS) est signe de qualité.

Point de l’enveloppe d’un bâtiment où la barrière isolante est interrompue et qui présente une moindre résistance thermique. Les ponts thermiques se situent en général aux points de raccord entre les différentes parties du bâti : raccord plancher/mur extérieur, linteaux, chambranles de fenêtres…

C’est le minimum à vérifier en toutes circonstances. Elle est reconnue pour les dommages d’ordre corporel, matériel ou immatériel. Elle assure contre les conséquences de fautes causant préjudice à un tiers : faute, erreur, omission ou négligence commises dans l’exercice d’une activité, vice de conception des ouvrages et travaux, vice de réalisation ou de montage des ouvrages…

Depuis novembre 2011, le ministère du Développement durable et l’ADEME ont mis en place la mention RGE, qui atteste que les entreprises qui réalisent des travaux d’économie d’énergie ou d’installation d’équipements utilisant les énergies renouvelables, s’engagent à respecter des critères de qualité objectifs et transparents (formation, audit, assurance…). Les particuliers peuvent ainsi repérer plus facilement les entreprises de confiance pour réaliser des travaux d’amélioration énergétique chez eux.

Dans le domaine de l’énergie, il désigne une démarche consistant à faire financer des travaux de rénovation énergétique par un tiers, qui se rémunère en partie avec les économies d’énergie générées.
Ce système comprend une gestion technique et opérationnelle du projet. Il suppose de mettre en place un montage financier complet.

Passage d’un système énergétique sujet aux gaspillages, aux émissions de CO2 et facteur d’aggravation du déficit commercial, à un système sobre, efficace, relocalisé et peu carboné.
C’est donc le passage aussi à un nouveau modèle économique, plus juste, porteur d’emplois et d’activités. La France a souhaité inscrire cette évolution dans la loi, pour la soutenir et lui apporter les moyens nécessaires. Après un grand débat organisé par le Conseil National de la Transition énergétique (CNTE), un projet de loi a finalement vu le jour : le projet de loi de transition énergétique pour la croissance verte. Voté en première lecture par l’Assemblée Nationale à l’automne 2014, le texte sera examiné par le Sénat à partir de février 2015.

Le watt (symbole : W) est l’unité légale internationale pour la puissance. Il correspond à la quantité d’énergie consommée ou produite par unité de temps, c’est-à-dire un joule par seconde. En électricité, le watt est l’unité de puissance d’un système débitant une intensité de 1 ampère sous une tension de 1 volt. L’origine de ce terme vient du nom de l’ingénieur James Watt.

Recevoir notre newsletter
Diagnostic
Votre audit
C'est par ici
Contact
Nous contacter ?
C'est par là
Rechercher
Rechercher
Fermer